Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
quoideneuf1.over-blog.com

Géoingéniérie: Conférence au Parlement européen de Bruxelles du 8 et 9/4/2013

30 Avril 2013 , Rédigé par nicko

Géoingéniérie:  Conférence au Parlement européen de Bruxelles du 8 et 9/4/2013

Le 8 et 9 avril 2013 a eu lieu une conférence au Parlement européen de Bruxelles sur les épandages aériens clandestins en Europe, présidée par Mme Tatiana Zdanoka (Estonie) organisée par Mme Josefina Fraile (Espagne) et la plate-forme Skyguards !

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 30 MARS 2013 Les 8 et 9 avril le Parlement européen tiendra une conférence intitulée : "AU-DELA DES THEORIES DE MODIFICATION CLIMATIQUE" -- Société Civile versus Géoingénierie -- (Rue Wiertz, 60 altiero spinelli, ASP 1G3 de 9h à 10h30) Une conférence de Presse sera tenue toute suite après cet événement. - La veille à 18 h 30 aura lieu la projection du documentaire du réalisateur américain Michael Murphy : "Why in the world are they spraying ?" La conférence a été promue par les organisations de Société Civile qui se sont regroupées au sein de la plate-forme internationale "SKYGUARDS" en collaboration avec "Alternative-Laboratoire-Politique" et patronnée par les groupes parlementaires des "Verts", "Alliance européenne libre" et "Alliance de démocrates et libéraux pour l'Europe". L'objectif, est de reprendre le travail commencé en 1998 par la Commission des Affaires étrangères de Sécurité et Défense du Parlement européen. Cette commission a abouti le 14 janvier 1999 à l'adoption d'une proposition de résolution sur la politique de l'environnement, de la sécurité et des affaires étrangères dont Mme Maj. Britt Theorin a été le rapporteur. Cette résolution a été ignorée en dépit du fait que (1) elle exigeait une étude détaillée de ses conclusions quant aux expériences militaires menées dans l'atmosphère ; (2) qu’elle ait mis en avant la nécessité d'une protection de la population, de la santé publique et de l'environnement ; (3) et enfin, qu’elle ait souligné la nécessite de mettre à disposition des citoyens les moyens pour découvrir le but, la portée et la signification des activités menées au-dessus de leur tête. Depuis lors, aucune mesure de transparence n'a été adoptée, bien que : (1) à l'évidence, l'atmosphère de la Terre est devenue le lieu d'expériences qui menacent la santé publique par des épandages clandestins d'aérosols dispersant des substances de composition non-révélée et en tout cas inconnue ; (2) par ailleurs, de plus en plus de recherches militaires sophistiquées se déroulent dans le non-respect du principe le plus élémentaire de précaution ; (3) de nouvelles armes se concentrent sur l'utilisation de l'ionosphère et des parties supérieures de l'atmosphère à des fins militaires (voir la technologie HAARP). Il ne s'agit pas de vagues plaintes : il y a des preuves de fraude enveloppée dans le secret ; à cela s'ajoute la complaisance - voire la complicité - des institutions soi-disant démocratiques qui, tout en niant les faits, lancent des attaques contre ceux qui cherchent à s'informer. Les organisateurs demandent que la résolution du 14 Janvier 1999 soit mise en œuvre et mise à jour en considérant la quantité importante de documents disponibles à ce jour et qui soulignent la gravité de cette affaire. Le Parlement Européen possède à sa disposition l'instrument juridique qu'il faut en l'existence d'une "Commission Parlementaire d'Enquête Extraordinaire". Il est essentiel que cet instrument soit utilisé sans plus tarder. Les promoteurs de cette initiative expriment leur gratitude envers les groupes de parlementaires qui ont patronné cet événement. Et ils demandent que cette proposition soit examinée par la Présidence du Parlement Européen ; qu'un débat public soit ouvert dans lequel la société civile devra participer ; ainsi que à être consultés afin de pouvoir présenter les évidences et les preuves de ce qui se passe dans l'air que nous respirons tous. Pour notre part, nous ferons tout notre possible pour attirer l'attention de l'opinion publique européenne sur cette violation des principes européens et sur cette agression contre l'environnement et la santé des citoyens ainsi qu'attirer l'attention sur le silence complice concernant la dissimulation d'actes très graves et répréhensibles impliquant de ce fait des responsabilités juridiques et pénales. Le silence est désormais inacceptable. SKYGUARDS CONTACT Josefina Fraile +34680915200 European Parliament Tatjana Zdanoka +3275669621


 voici un acticle de Giulietto Chiesa sur la réunion de Bruxelles.

Géoingéniérie:  Conférence au Parlement européen de Bruxelles du 8 et 9/4/2013

Ces jours-ci, lundi 8 et mardi 9 avril 2013, se tient au Parlement européen de Bruxelles une rencontre qui porte le titre « Au-delà des théories sur les modifications climatiques – la société civile contre la géoingénierie ».

C’est moi-même qui ai organisé cet événement, en tant que président du laboratoire politique Alternativa, en collaboration avec Josefina Fraile Martin, présidente de Terra SOS-Tenible et promotrice de la coalition Skyguards (elle aussi association internationale qui regroupe des chercheurs et des activistes provenant de Grèce, France, Espagne, Belgique, Grande-Bretagne et d’autres pays européens).

Je me dois de souligner que la rencontre est parrainée officiellement par deux groupes parlementaires, celui des Verts et celui de la European Free Alliance.

La rencontre se propose d’attirer l’attention du Parlement européen sur la nécessité de « protéger réellement » et sans délai les citoyens européens – en instituant une commission spéciale d’enquête (ce qui est inclus dans ses prérogatives et dans ses devoirs) – pour enquêter sur des faits extrêmement graves qui, selon une vaste quantité d’indices et de preuves, menacent la santé et la sécurité physique de millions de personnes.

D’après les documents d’ores et déjà rassemblés par les organisations participantes et par de nombreux parlementaires européens de cette législature et de la précédente, l’Europe a été soumise depuis plus d’une décennie à la diffusion aussi massive que clandestine d’aérosols, dont les caractéristiques restent encore à découvrir, mais dont tout laisse à penser qu’elle est en relation avec des expérimentations liées au réchauffement climatique en cours et/ou avec les recherches américaines du projet HAARP (High Frequencies Active Auroral Research Program).

Il s’agit là d’activités qui se déroulent en dehors de toute autorisation légale, que ce soit au niveau national ou international, et sans que les populations concernées ne soient informées, le tout, en violation des principes de précaution les plus élémentaires établis par les normes internationales.

Les gouvernements nationaux, qui ont le devoir fondamental d’autoriser l’usage de leur espace aérien et de défendre la santé et la sécurité de leurs propres citoyens, nient tout simplement l’existence de telles expérimentations. D’où l’appel au Parlement européen, à sa présidence, et à tous les groupes parlementaires.

Les organisations à l’origine de cet événement fourniront une vaste documentation portant sur des faits et des recherches en cours, en lien avec une initiative déjà entreprise au Parlement européen il y a bientôt 15 ans, très exactement en 1999, lorsque la Commission des Affaires extérieures, de la Sécurité et de la Défense adopta (le 14 janvier) une résolution de la rapporteuse générale Britt Theorin qui, tout en soulignant la nécessité de réorienter en partie le budget de la Défense vers la préservation de l’environnement, dénonçait les recherches militaires – se référant spécifiquement au projet HAARP – portant sur l’étude de nouveaux systèmes d’armements visant à la modification artificielle du climat à l’aide de faisceaux de micro-ondes à ultra-hautes fréquences dirigés vers les couches hautes de la ionosphère.

Aucune suite ne fut donnée à cette résolution. Une fois approuvée, elle termina directement sa course aux oubliettes. Entre-temps, les programmes de diffusion aérosols depuis le ciel, et le développement de nouveaux types d’armements, de contrôle des systèmes de communication (de l’ennemi, mais éventuellement aussi celui des populations locales) se sont multipliés, sans aucune transparence et sans même que les institutions ne soient mises au courant des objectifs.

Géoingéniérie:  Conférence au Parlement européen de Bruxelles du 8 et 9/4/2013

Dans ce contexte, nous mettrons sur la table l’incroyable anomalie que représente le MUOS (Mobile User Observation System) de Nescemi : une base américaine (en dehors de l’OTAN) implantée au centre de la Sicile, sans que cela n’ait jamais été discuté au Parlement italien, et ayant bénéficié d’autorisations délivrées à la va-vite par la Région de Sicile au mépris le plus total des normes de sécurité pour les populations. Et l’on pourrait continuer longtemps la liste des violations de toutes les normes démocratiques ou de sécurité.

Le nouveau gouvernement de Sicile, après l’apparition d’une importante vague de protestation [issue notamment du Mouvement 5 Stelle – NdT], a bloqué les travaux en cours sur la base (une zone gigantesque, équivalente à celle d’un vaste aéroport), travaux destinés à la mise en place d’un système mondial d’écoutes, de contrôle, et de détection d’ « objets mobiles », qui relierait quatre autres bases identiques, réparties sur les cinq continents, au travers d’un système de satellites géostationnaires couvrant l’ensemble de la planète.

Certaines études effectuées par un groupe de chercheurs de l’École polytechnique de Turin font cependant le lien entre la construction de quatre nouvelles paraboles mobiles – ainsi que de 40 antennes de dimensions et de fonctions variées – avec l’hypothèse selon laquelle le système MUOS serait bien plus important qu’une simple station d’écoutes, de contrôle, et de guidage (par exemple des drones, ces avions sans pilotes et dirigés à distance), mais qu’il permettrait l’utilisation d’armes d’agression d’un nouveau genre, comme par exemple des armes destinées à « aveugler » les systèmes de détection adverses.

Il est bien évident que personne ne se fait d’illusion sur l’ouverture par le Parlement européen d’une enquête visant à dévoiler des secrets militaires d’une telle portée. Mais les questions sur la sécurité des populations (questions dérivant du contrôle de la diffusion aérosol, appelée improprement « les chemtrails » ; celles sur le bombardement électronique auquel sont soumises les personnes se trouvant dans un rayon de 30 km de la base ; celles enfin sur l’éventualité de devenir les cibles primaires en cas de conflit militaire) doivent être versées dans le domaine public. Les paragraphes T et U de la résolution du rapport de Britt Theorin indiquaient l’obligation de revenir à un « principe de précaution ». Et les lois européennes obligent au respect de la santé des personnes.

C’est pour cette raison que parmi les orateurs à Bruxelles, on trouvera Antonio Mazzeo, le principal animateur de la protestation contre le MUOS, ainsi qu’une dizaine d’experts internationaux. Ce soir, 8 avril, à 18 h 30, le film de Michael Murphy “Why in the world they are spraying ?” sera projeté au Parlement de Bruxelles. Il s’agit d’un documentaire dont le but est de montrer jusqu’où ont été poussées les tentatives (secrètes) d’altérer les systèmes climatiques naturels, de modifier la chimie du sol, d’influer ses les structures géologiques, et de contrôler l’approvisionnement hydrologique de vastes zones de la planète.

En tout état de cause, après cette initiative à Bruxelles, ce sera plus difficile de nier l’évidence.

Giulietto Chiesa (*)
Journaliste, écrivain italien, ancien parlementaire européen.

IlFattoQuotidiano, le 6 avril 2013
Titre original : Tutela salute e sicurezza : la minaccia viene dal cielo (Protection de la santé et de la sécurité : la menace vient du ciel)

Traduction assurée par IlFattoQuotidiano.fr

- Message de Peter Vereecke (fondateur du Belfort Group) aux politiciens, à la presse, aux météorologues, présentateurs météo, fonctionnaires d'état, en Belgique (en anglais)

- Diaporama de Désirée Röver (Pays Bas) les effets sur la santé humaine, de la flore et de la faune des épandages aériens clandestins toxiques - en anglais

- Intervention d'Esther Ibeas (Espagne; sous titré en français)

intervention de Claire Henrion en français

intervention de Josefina Fraile (sous titré)

intervention d'Andrew Jonhson (sous titré)

intervention de François Alfonsi

intervention de Wayne Hall

Voici une partie des analyses présentées au cours de la conférence Skyguards du 8 & 9 Avril 2013 au Parlement Européen
Dossier complet :
http://www.checktheevidence.com/Misc/...
Venant de :
http://www.checktheevidence.co.uk/cms...

intervention de Désirée L.Röver l'atteinte sur la santé (en anglais)

Les divers sources sur le site de l'association ACSEIPICA: http://acseipica.blogspot.fr/2013/04/conference-au-parlement-europeen.html

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article