Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
quoideneuf1.over-blog.com

De 1953 à 1954 et 1963 à 1965 l’armée américaine a secrètement pulvérisé des substances radioactives sur St-Louis (MAJ)

9 Septembre 2013 , Rédigé par nicko

Les États-Unis ont mené des expériences militaires top-secrètes sur ​​les citoyens de la ville de Saint-Louis, dans le Missouri, et cela pendant des années, les exposant à des composés radioactifs.

Alors que l’on sait désormais que le gouvernement a pulvérisé des particules radioactives de sulfure de cadmium de zinc sur la population de St Louis, le professeur Lisa Martino-Taylor, sociologue au St. Louis Community College, affirme qu’un additif radioactif a également été mélangé avec ce composé. Elle a accumulé des descriptions détaillées ainsi que des photographies de ces pulvérisations sur la population, principalement dans les communautés à faible revenu et les minorités.

Grâce à ses recherches, elle a trouvé des photographies sur la manière dont les particules ont été pulvérisées à partir de 1953 à 1954 et 1963 à 1965. Le produit chimique a été pulvérisé sur de larges pans de la ville. A Saint-Louis, l’armée avait installé des pulvérisateurs chimiques sur les bâtiments, comme les écoles et les logements sociaux, et les wagons, pour une utilisation mobile.

La Sociologue Lisa Martino-Taylor à St. Louis Community College, a passé des années à la traque des documents déclassifiés pour découvrir les expérimentations mené aux  Etats-Unis sur des gens à leur insu.en haut, le sulfure de cadmium*, le produit chimique «sans danger» projeté sur le public.En dessous Lisa Martino-Taylor
La Sociologue Lisa Martino-Taylor à St. Louis Community College, a passé des années à la traque des documents déclassifiés pour découvrir les expérimentations mené aux  Etats-Unis sur des gens à leur insu.en haut, le sulfure de cadmium*, le produit chimique «sans danger» projeté sur le public.En dessous Lisa Martino-Taylor

La Sociologue Lisa Martino-Taylor à St. Louis Community College, a passé des années à la traque des documents déclassifiés pour découvrir les expérimentations mené aux Etats-Unis sur des gens à leur insu.en haut, le sulfure de cadmium*, le produit chimique «sans danger» projeté sur le public.En dessous Lisa Martino-Taylor

*cadmium toxicité:
Effets aigus On se réfère à la toxicité du cadmium et de ses composés : inhalation des poussières ou des fumées : irritation des voies respiratoires; après délai : dyspnée, toux, douleurs thoraciques, fièvre, douleurs musculaires, oedème pulmonaire et autres troubles respiratoires; si ingéré : irritation des voies digestives, nausées, vomissements, diarrhée, maux de tête, douleurs musculaires, salivation, douleurs abdominales, choc, insuffisance rénale.
Effets chroniques:
dommages aux reins (proteinurie); jaunissement des dents, fatigue, souffle court, sécheresse de la bouche et de la gorge, troubles olfactifs, emphysème, ostéomalacie, hypertension possible.
Effets cancérogènes 3 4 5 Évaluation du RSST :
Effet cancérogène soupçonné chez l'humain. Évaluation du C.I.R.C. :
L'agent (le mélange) est cancérogène pour l'homme (groupe 1).
Évaluation de l'ACGIH : Cancérogène humain suspecté (groupe A2).
Évaluation du N.T.P. : La substance est reconnue cancérogène (K)
Justification des effets 3 5 6
Évaluation de la cancérogénicité par des organismes officiels
Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC, 2011) considère que le cadmium et ses composés sont cancérogènes pour l'homme (groupe 1).
L'ACGIH (2001) désigne le cadmium et ses composés comme étant des cancérogènes suspectés chez l'humain (groupe A2).
Le NTP (2011) considère le cadmium et ses composés comme étant des cancérogènes reconnus chez l'humain (K).
source: reptox

Pulvérisation: Elle a accumulé des descriptions détaillées ainsi que des photographies de la pulvérisation, qui a eu lieu dans le cadre de Manhattan Rochester Coalition, qui était une opération qui a dispersé des particules de sulfure de cadmium et de zinc sur la population, un composé qui a été présenté comme absolument sûr

Pulvérisation: Elle a accumulé des descriptions détaillées ainsi que des photographies de la pulvérisation, qui a eu lieu dans le cadre de Manhattan Rochester Coalition, qui était une opération qui a dispersé des particules de sulfure de cadmium et de zinc sur la population, un composé qui a été présenté comme absolument sûr

L'etude a été secrète pour ces raison: Ils n'ont pas eu bénévoles pour de dire oui, je vais respirer sulfure de zinc-cadmium avec des particules radioactives », a déclaré le professeur Martino-Taylor à KSDK . Grâce à ses recherches , elle a trouvé des photos de la façon dont les particules ont été distribués à partir de 1953-1954 et 1963-1965. Dans Corpus Christi, le produit chimique a été parachutés sur de vastes pans de la ville. A Saint-Louis, l'armée a mis des pulvérisateurs chimiques sur les bâtiments, comme les écoles et les projets de logements sociaux, et montée sur des breaks pour une utilisation mobile. Malgré l'ampleur de l'expérience, les politiciens locaux n'ont pas été informés sur le contenu de l'essai. Les habitants de St Louis a dit que l'armée testait des écrans de fumée pour protéger les villes contre une attaque russe. «C'était assez choquant. Le niveau de la duplicité et le secret. Clairement, ils sont allés très loin pour tromper les gens », a déclaré le professeur Martino-Taylor
 le professeur Martino-Taylor dit des particules radioactives ont également été pulvérisé sur le public involontaire. Une femme remplit les bidons de pulvérisation sur cette photo d'archives

le professeur Martino-Taylor dit des particules radioactives ont également été pulvérisé sur le public involontaire. Une femme remplit les bidons de pulvérisation sur cette photo d'archives

Champ d'application: En St Louis, l'armée a mis pulvérisateurs chimiques sur les bâtiments, comme les écoles et les projets de logements sociaux, et  montée dans les breaks pour une utilisation mobile

Champ d'application: En St Louis, l'armée a mis pulvérisateurs chimiques sur les bâtiments, comme les écoles et les projets de logements sociaux, et montée dans les breaks pour une utilisation mobile

Elle a accumulé des centaines de pages d'information déclassifiée, qu'elle à rendu disponible en ligne. Dans sa recherche, elle a constaté que la plus grande concentration de pulvérisation à St Louis était dans le complexe de logements publics Pruitt Igoe-, ou logés 10.000 résidents à faible revenu. Elle a dit que 70 pour cent de ces personnes étaient des enfants âgés de moins de 12 ans. La Professeur Martino-Taylor s'est intéressé au sujet après avoir entendu les rapports indépendants sur les cancers chez les habitants de la ville qui vivaient dans ces zones à l'époque. «Il s'agissait d'une violation de l'éthique médicale, tous les codes internationaux, et politique de l'armée à l'époque, a déclaré le professeur Martino-Taylor.
Comment: Malgré l'ampleur de l'expérience, les politiciens locaux n'ont pas été informés sur le contenu de l'essai. Sur cette photo, un homme montre comment pulvériser les bidons

Comment: Malgré l'ampleur de l'expérience, les politiciens locaux n'ont pas été informés sur le contenu de l'essai. Sur cette photo, un homme montre comment pulvériser les bidons

Ecole:il a été dit aux habitants de St Louis  que l'armée testait des écrans de fumée pour protéger les villes contre une attaque russe. Un pulvérisateur est placée au-dessus d'une école sur cette photo

Ecole:il a été dit aux habitants de St Louis que l'armée testait des écrans de fumée pour protéger les villes contre une attaque russe. Un pulvérisateur est placée au-dessus d'une école sur cette photo

Il ya beaucoup de preuves qui montre des gens de Saint-Louis et de la ville, dans certaines communautés minoritaires, ont été soumis à des tests militaire qui était relié à un projet d'essais d'armes radiologiques plus. Des enquêtes antérieures du composé ont été repoussés par l'armée, qui a insisté qu'il était sûr. Cependant, le professeur Martino-Taylor croit que les documents qu'elle a couvert, prouvent que le sulfure de zinc et de cadmium a également été mélangé à des particules radioactives. Elle a lié le test sur St Louis à une société aujourd'hui disparue appelée Radium US. La société controversé est venu sous le feu, et de nombreux procès, après que plusieurs de ses travailleurs ont été exposés à des niveaux dangereux de matières radioactives dans sa peinture fluorescente.
L'armée a admis qu'il a ajouté une substance fluorescente pour le composé «sans danger», mais si oui ou non l'additif était radioactive demeure classée
L'armée a admis qu'il a ajouté une substance fluorescente pour le composé «sans danger», mais si oui ou non l'additif était radioactive demeure classée

L'armée a admis qu'il a ajouté une substance fluorescente pour le composé «sans danger», mais si oui ou non l'additif était radioactive demeure classée

Dans sa recherche, elle a constaté que la plus grande concentration de pulvérisation à St Louis était dans le complexe de logements publics Pruit-Igoe, ou logés 10.000 résidents à faible revenu. Elle a dit que 70 pour cent de ces personnes étaient des enfants de moins de 12 ans

Dans sa recherche, elle a constaté que la plus grande concentration de pulvérisation à St Louis était dans le complexe de logements publics Pruit-Igoe, ou logés 10.000 résidents à faible revenu. Elle a dit que 70 pour cent de ces personnes étaient des enfants de moins de 12 ans

«Radium américain avait cette réputation où ils avaient été trouvés légalement responsable de production de peinture en poudre radioactive qui a tué beaucoup de jeunes femmes qui ont peint les carreaux de montres fluorescentes, a déclaré le professeur Martino-Taylor. Dans ses conclusions, l'un des composés qui a été pulvérisé sur le public a été appelé 'FP2266', selon les documents de l'armée, et a été fabriqué par Radium US. Le composé, appelé aussi Radium 226, était le même que celui qui a tué et rendu malades de nombreux travailleurs a Radium américains. L'armée a admis qu'il a ajouté une substance fluorescente pour le composé «sans danger», mais si oui ou non l'additif était radioactive demeure classée. Professeur Martino-Taylor n'a pas pu trouver si l'Armée a suivi la santé sur le long terme des résidents exposés au composé. En 1972, le gouvernement a détruit les maisons Pruitt Igoe-. Après avoir pris connaissance des conclusions du professeur, les législateurs du Missouri ont appelé l'armée à détailler les tests. «Je partage et je comprends l'inquiétude renouvelée des membres des communautés de St. Louis qui ont été exposés à la pulvérisation de(produits chimiques) dans le cadre de tests de l'armée pendant la guerre froide, le sénateur Claire McCaskill a écrit au Secrétaire armée John McHugh. «Les collectivités touchées n'ont pas été informés des tests à l'époque et sont assez inquiets des effets sur la santé à long terme les essais ont pu avoir sur les personnes exposées à des substances chimiques en suspension. Le sénateur Roy Blunt a appelé de absolument choquant. "Les résultats «L'idée que des milliers de Missouriens ont été involontairement exposés à des substances nocives en vue de déterminer leurs effets sur la santé est absolument choquant. Il n'est donc pas surprenant que ces personnes et leurs familles exigent des réponses des responsables gouvernementaux », a déclaré le sénateur Blunt.
Source: dailymail
document PDF: http://www.fichier-pdf.fr/2013/09/10/3515886/3515886.pdf

vidéo non soutitrée

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article