Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
quoideneuf1.over-blog.com

Motorola Mobility: Le tatouage électronique qui fait micro breveté

19 Novembre 2013 , Rédigé par nicko Publié dans #Technologie

Motorola Mobility: Le tatouage électronique qui fait micro breveté

Dans un brevet déposé aux États-Unis, Motorola Mobility décrit un tatouage électronique qui, une fois appliqué sur le cou, ferait office de microphone connecté par une liaison sans fil à un terminal mobile. Un concept présenté comme utile dans des environnements bruyants, mais pas seulement... Motorola Mobility va jusqu’à imaginer que ce tatouage puisse mesurer l'activité électrodermale et servir de détecteur de mensonges.

Les kits mains libres et les oreillettes sans fil pourraient un jour être remplacés par un tatouage électronique que les utilisateurs colleraient sur leur cou. Cette idée ne sort pas du scénario d’un film de science-fiction, mais d’un brevet déposé l’année dernière par Motorola Mobility et qui vient tout juste d’être publié par l’Office américain des brevets et des marques ( USPTO). Le document décrit un tatouage présenté comme un « système vocal auxiliaire » qui s’applique dans la région du cou. Il intègre un microphone, un émetteur-récepteur qui permet la communication sans fil avec un terminal mobile ( smartphone par exemple), un processeur pour convertir le signal vocal analogique en numérique et un contrôleur qui gère l’activation du flux audio.


La connexion sans fil pourrait se faire par bluetooth, NFC ou ZigBee. « Les terminaux mobiles sont souvent utilisés dans des environnements bruyants. Par exemple, des stades, des rues, des restaurants ou des situations d’urgence peuvent être extrêmement bruyants et procurer des fréquences de bruits variées », explique Motorola Mobility. Pour répondre à ce problème, le tatouage électronique-microphone serait équipé d’un système de réduction du bruit ambiant et de filtrage de la voix afin d’améliorer la clarté d’une communication. Dans un registre similaire, on se souvient que Nokia a imaginé le tatouage capable de vibrer lorsque le téléphone sonne.

Dans son brevet déposé auprès de l’USPTO, Motorola Mobility décrit un tatouage électronique faisant office de microphone sans fil collé dans le cou. L’idée est d’optimiser la qualité des appels téléphoniques dans les environnements bruyants en utilisant un procédé de réduction et de filtrage des bruits parasites. © Motorola Mobility

Dans son brevet déposé auprès de l’USPTO, Motorola Mobility décrit un tatouage électronique faisant office de microphone sans fil collé dans le cou. L’idée est d’optimiser la qualité des appels téléphoniques dans les environnements bruyants en utilisant un procédé de réduction et de filtrage des bruits parasites. © Motorola Mobility

Écran et interface utilisateur dans un tatouage électronique ?

Dans le cas du brevet de Motorola Mobility, il est aussi question d’utiliser un système de reconnaissance vocale qui serait capable de détecter certains mots, mais également les intonations de la voix afin de déclencher des commandes pour contrôler le terminal mobile. Ce tatouage électronique pourrait être alimenté de plusieurs façons : à l’aide d’une microbatterie rechargeable, ou bien en se servant de panneaux solaires. Le brevet évoque également les technologies « capacitive » et « électromécanique », ainsi que la nanotechnologie, mais n’entre pas dans les détails.

Plus curieux, Motorola Mobility envisage la possibilité d’équiper le tatouage d’un écran pour accéder à une interface utilisateur qui s’activerait au son de la voix, voire en fonction des mouvements des muscles de la gorge. Difficile de saisir l’utilité d’un tel procédé, d’autant que le document ne livre pas d’exemple concret. Mais l’imagination fertile des concepteurs ne s’arrête pas là...

Le tatouage pourrait en effet aussi faire office de detecteur de mensonges ! En captant l’activité électrodermale à la surface de la peau, il serait possible de déterminer si une personne est nerveuse ou ne dit pas la vérité. Finis les appels de conjoints volages prétextant des réunions de travail tardives ? Heureusement ou malheureusement (c’est selon), il ne s’agit là que d’une idée parmi d’autres, somme toute assez originales, que contient ce brevet. Mais en matière de propriété intellectuelle, il s’agit avant tout de ratisser large en imaginant tous les cas d’usage possibles, même s’ils n’ont que peu de chances de voir le jour.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean 07/12/2013 18:17

C'est un début malsain!
Il y a un danger, utiliser une puce RFID sur le corps comme moyen d'identification correspond exactement au futur système économique mondial annoncé dans la bible ; l’apocalypse chapitre 13 verset 16 il y a plus de 2000 ans :

"Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçoivent une marque sur leur main droite et leur front et que personne ne puisse acheter et vendre sans avoir la marque le nombre de la bête ou le nombre de son nom, c'est ici la sagesse! Que celui qui a de l'intelligence compte le nombre de la bête ; car c'est un nombre d'homme et ce nombre est six-six-six ."

Regardez comment fonctionne un code barre, le 6 6 6 est caché partout sur tous les produits de consommation, même sur votre carte d’électeur (pour les Français) ! Ce sont les 2 petits traits à gauche du code-barres, du milieu, et à droite qui en langage code-barres donne le 6 (en clair dans la partie droite du barre code, il y a une correspondance entre le 6 si il y en a un sur votre barre code et les 2 petits traits au-dessus). Je n'invente rien, encore simple à vérifier sous Google ...

après le futur krach économique à cause de la dette on va passer au mode d’argent électronique (plus de billets et de liquide) puis à la nano puce RFID implantée sur la main droite ou le front au nom de la sécurité et de la santé…..
on n’arrête pas le progrès, science sans conscience n’est que ruine de l’âme.